La Voix de Jacquou - Edito Avril 2020

L'Edito d'Avril

Retranscription de l'Edito du mois d'Avril :

Chers Camarades,

Tout d’abord, j’espère que vous allez bien, vous et vos proches. Ce qui est sûr, c’est que la pandémie de coronavirus place notre pays et l’ensemble de l’humanité face à d’immenses défis. À commencer par celui de sauver les vies menacées, de protéger toute la population.

C’est l’absolue priorité, celle qui doit guider tous les choix. Alors que l’épidémie prend de l’ampleur, chaque heure compte pour agir et faire passer l’humain avant toute autre considération.

Notre vie à toutes et tous, a été bouleversée par cette épidémie et par les mesures pour y mettre un terme. Nous voulons avant tout apporter tout notre soutien aux personnes touchées par la maladie et adresser nos condoléances aux familles des victimes.

Passée la sidération et les difficultés du confinement, nous avons décidé de nous adresser d’une manière différente à tous nos camarades, à tous les compagnons de lutte, ainsi qu’a tous ceux qui se battent aujourd’hui dans cette période.
Que ce soit les hospitaliers, les éboueurs les conducteurs de bus et de les employés de la SNCF, les agents des collectivités en gros tous les employés du service public, qui aujourd’hui sont en première ligne. N’oublions pas ceux qui nous nourrissent, ceux qui nous permettent de rester confinés. Ceux qui sont obligés d’aller travailler, prenant des risques inconsidérés, pour des activités qui ne représentent pas une utilité vitale pour notre pays, mais qui doivent faire marcher cette économie capitaliste devenue folle. Et j’y reviendrai.

 

Aujourd’hui, le gouvernement et les élus Larem claironne d’une même voix : ce n’est pas le moment de polémiquer, c’est le temps de l’union nationale contre le coronavirus… Macron allant même jusqu’à dire « contre ceux qui veulent diviser, il faut être derrière l’état ». Il nous faut être particulièrement vigilant aujourd’hui à ces phrases qui ne sont pas anodines.

Emmanuel Macron poursuit une communication martiale de chef de guerre, en faisant en sorte de créer un climat « d’unité nationale », interdisant le débat démocratique sur la crise sanitaire et économique ainsi que sur les causes, les responsabilités, à l’origine des pénuries et de l’état sinistré de notre système public de santé.

Le « chef de guerre » insiste beaucoup sur la prétendue « imprévisibilité » de la situation actuelle : « Quand on vit quelque chose qui est inédit, on ne peut pas demander aux gens de l’avoir prévu il y a dix ans », tout en s’exonérant des effets tragiques d’une austérité budgétaire décuplée depuis son élection, et sa participation au gouvernement Hollande et de la casse du service public qui nous amène aussi à cette situation.

Des millions de Françaises et de Français sont non seulement en colère, mais ils sont en plein questionnement. Il nous faut mesurer que même si nous sommes confinés, nous devons, dans un contexte de bâillonnement démocratique sans précédent, a tracer des perspectives.

Il y a deux pendants notables à ce que nous sommes en train de vivre. Premièrement, et on n'en parle pas assez, nous sommes face à une crise démocratique majeure, entrevue bien avant le coronavirus dans la manière qu’ont Macron et ses sbires de gouverner, mais que cette crise exacerbe. 

Macron et son gouvernement prennent toutes les décisions, sans les élus locaux ou nationaux, sans les syndicats et bien sûr sans les citoyens. Au lieu d’observer une trêve à l’Assemblée, comme l’avait annoncé Macron dans un premier temps, c’est une accélération de mesures par décrets, qui touche non seulement au droit du travail (60 h 00, congés imposés, baisse de salaires, etc.) mais aussi à des secteurs comme l’éducation, avec des fermetures de classes sans discussion, un bac en contrôle continu alors que tous les syndicats et les professeurs s’étaient battus contre, et j’en passe. C’est aussi la poursuite de la casse du service public, et notamment la privatisation de la poste accélérer sans que personne n’en parle dans les médias. L’heure est grave à tous les niveaux.

Et il y a bien sûr cette crise économique dont tout le monde nous parle. Elle est d’une ampleur sans précédent, pire que celle de 1929 d’après de très nombreux économistes et que nous allons payer cher.

On peut noter ici comment la presse patronale en France a immédiatement brandi cette prévision comme une sorte de menace pour que tout soit fait pour lever le plus tôt possible les mesures de confinement (indépendamment des risques d’une nouvelle vague de contamination dont les Chinois eux-mêmes ont peur?).

Macron a suggéré être prêt à accorder un soutien public illimité pour tenir « coûte que coûte » l’économie à flots et maintenir « coûte que coûte » la confiance des marchés financiers.

Si, la panoplie de ressources et garanties mobilisées pour soutenir la chaîne des profits s’énonce en plusieurs centaines de milliards d’euros, les dispositifs retenus pour la protection des salariés et de leurs familles paraît bien faibles.

Le millier de milliards que les banques centrales mettent à disposition des banques, ce n’est pas à la disposition des banques qu’il faut le mettre, mais  vers l’économie réelle. Et bien sûr une partie pour le système sanitaire, tout de suite et maintenant ! La priorité des priorités est le matériel tel que les masques et les ventilateurs pour sauver des vies, ainsi que le dépistage pour préparer la sortie du confinement. Si nous sortons du confinement sans dépistage systématique, nous nous referons contaminer avec, en plus, un hôpital à genoux.

Contrairement aux injonctions de l’exécutif, le débat sur l’après n’attend pas la sortie de crise. D’immenses questions sont d’ores et déjà ouvertes, en grand, sur les enjeux essentiels posés pour nos sociétés, pour l’organisation des politiques publiques, pour regagner notre souveraineté.

Le thème de la « relocalisation » pourrait être ainsi mis en avant, mais attention. Aujourd’hui ce thème est abordé de façon national-populiste, sans aucune préoccupation pour les dégâts sociaux engendrés dans les pays ciblés, y compris pour faire accepter des augmentations de prix finals aux consommateurs qui profiteront aux multinationales. Or, ce sont elles les responsables des délocalisations encouragées par les États.

Faisons attention aussi aux propositions de nationalisations, qui pourrait nous apparaître comme faisant partie de nos propositions. Il s’agit de nationalisations partielles durant un temps donné. En gros, nous payons et dès que l’économie repart, les entreprises ainsi nationalisées repartent dans le giron privé. Exigeons de vraies nationalisations de secteurs-clés. Les Français, depuis cette crise, y sont ouverts comme jamais ils ne l’ont été depuis 30 ans…

Pour beaucoup de Français, la pandémie révèle les défaillances de notre modèle, une scandaleuse inversion des priorités et une course insensée d’un système que nul ne maîtrise.
Par un effet vertigineux, s’imposent simultanément l’une des plus grandes tragédies du siècle et l’évidente nécessité de réflexions sur notre monde actuel.
Après la nécessaire prise de conscience écologique, c’est aujourd’hui tout notre modèle de société qui est mis sur la table. Des combats que nous menons de longues dates sont maintenant sur le devant de la scène. Comme avec les gilets jaunes, et de manière plus massive, une prise de conscience est en train de voir le jour.


Alors je vous le dis mes camarades, au lieu de dire que cela fait 30 ans que nous nous battons seuls, soyons heureux qu’aujourd’hui beaucoup de gens s’en préoccupe. Soyons ouverts, prêts à discuter, à partager nos analyses et nos propositions sans prendre les gens de hauts, comme des sachants. Car, oui cela fait des années que nous nous battons, pour les services publics et notamment le service public hospitalier, et heureusement que nous l’avons fait. Mais voyons dans cette tragédie, la possibilité de construire des perspectives, avec un nombre de personnes disponibles bien plus grand que dans notre passé récent.
A ce sujet nous vous faisons passer une pétition à signer. Il faut la partager massivement. De nombreux syndicalistes, des économistes, notamment communistes, des chercheurs et j’en passe en sont à l’initiative. Dans cette période de confinement, utilisons tous nos moyens à disposition, pour qu’un maximum de personne puissent la signer.
Nous vous faisons aussi passer une contribution du CN fait d’analyses et de propositions.


Nous allons convoquer un conseil départemental, en visioconférence, pour pouvoir rester en contact avec vous. Vous recevrez une vidéo ou plus, toutes les semaines. Prenez soin de vous, de vos proches, et surtout restez confinés.
Je vous embrasse toutes et tous et à très bientôt.

L'édito d'Avril de La Voix de Jacquou en ligne ici

En savoir plus...

Lundi 06 avril, 18h - Posez vos questions à Fabien Roussel

Rendez-vous sur Facebook, lundi 06 avril à 18h et pose tes questions en live à Fabien Roussel à #directPCF    Facebook PCF

En savoir plus...

Pétition : Des milliards pour l'hôpital pas pour le capital !

Lutter contre le COVID-19 Capital a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron

Par deux fois, le 16 mars lors de son allocution télévisée et le 25 mars à Mulhouse, E Macron a fait les louanges de l’action des personnels de santé, leur annonçant des mesures exceptionnelles ainsi que pour tout l’Hôpital. 

Mais à ce jour, les masques restent contingentés, la rallonge budgétaire de crise ne prévoit que 2 milliards pour l’Hôpital et, encore, le fléchage de cette somme demeure des plus obscurs alors qu’en France 300 milliards sont prévus pour garantir les prêts bancaires des entreprises, sans aucune condition sur l’emploi, 35 milliards pour faire face à leur défaillance fiscale et sociale et que l’on débranche tous les garde-fous sur le temps de travail. Au niveau européen 1.000 milliards sont prévus par la BCE pour soutenir la valeur des titres boursiers.

Au plus profond de la crise du coronavirus, les choix du Président Macron, relais du MEDEF et de la «Grande Finance», restent les mêmes : sauver le capital et les profits. A mille lieues de la réponse urgente et nécessaire aux besoins de la population. L’obsession de maintenir la chaîne des profits prévaut sur tout ! En face, conditions de travail et de vie des citoyens, détresse sanitaire et psychologique de masse pèsent bien peu. C’est dès maintenant qu’il faut commencer à faire autrement, sans attendre le « jour d’après ». Alors que droits sociaux et libertés publiques sont mis en cause, nous disons STOP et appelons à des mesures immédiates, précises et concrètes pour les salariés.ées et les populations ouvrant sur une alternative de progrès pour toutes et tous.

Nous exigeons :

  1. L’arrêt immédiat des activités non essentielles, en réaffectant aux hôpitaux les matériels de protection actuellement utilisés pour ces activités, et la mobilisation, la conversion, voire la réquisition de secteurs industriels pour la production massive de masques, de gel hydro-alcoolique, de tests, de matériels respiratoires afin de répondre aux besoins de toute la population.
  2. En urgence, des tests systématiques de dépistage. Il s’agit d’isoler et de soigner les malades pour lutter efficacement contre l’épidémie et permettre aux immunisés de s’impliquer concrètement dans une solidarité active.
  3. Le déblocage immédiat de 10 milliards d’euros pour la santé publique : rouvrir des lits, en les réhabilitant, y compris construire des hôpitaux en urgence, soutien à la création d’un pôle public du médicament afin de reprendre le contrôle de la production des traitements nécessaires, embauches immédiates de personnels soignants et de recherche, reconnaissance de leurs qualifications, et tout de suite une augmentation de salaires.
  4. L’organisation de la mobilisation totale de secteurs-clé comme les laboratoires d’analyse, et le renforcement des services publics d’Etat et locaux pour loger les sans-abri, pour apporter soins, aide, soutien et sécurité aux populations, ainsi que l’armée mais pas pour la répression.
  5. Démocratie sanitaire dans les territoires : des commissions départementales et régionales associant élus, professionnels de santé, représentants syndicaux, d’associations et d’organismes de prévention pour évaluer les besoins, suivre la mise en œuvre des mesures ci-dessus et assurer une prise de décision collective face aux enjeux de santé publique actuels et à venir, notamment en mobilisant tous les moyens financiers nécessaires (cotisations et fiscalité des entreprises et des revenus financiers, trésoreries des grands groupes, banques, assurances, liquidités de la BCE).

A signer sur Change.org > ici

En savoir plus...

Coronavirus - Protégez les salariés et la population !

Coronavirus - Protégez les salarié.es et les populations

La pandémie de coronavirus place notre pays et l'ensemble de l'humanité face à d'immenses défis.

A commencer par celui de sauver les vies menacées, de protéger toute la population. Elle révèle aussi une crise de civilisation profonde et les méfaits désastreux de décennies de libéralisme qui ont fragilisé nos services publics et notre industrie, et par conséquence notre capacité d'action dace à la crise sanitaire.

La lutte contre le COVID-19 appelle à une mobilisation exceptionnelle immédiate. Elle exige aussi de transformer notre mode de développement, l'utilisation de l'argent et de créer de nouveaux pouvoirs d'intervention pour les travailleurs, afin d'éviter que cette situation ne se répété et de répondre aux immenses défis à relever.

C'est tout le sens des proposition que le Parti Communiste français met en débat aujourd'hui.

Télécharge ci-dessous les 10 mesures d'urgence proposées :

 

En savoir plus...

Information

Cher-es Camarades, 

 
Tout d'abord, un mot de soutien et de solidarité en cette période inédite et compliquée. La Fédération est bien entendue fermée pour respecter le confinement national. Pour toute demande (à laquelle nous pourrions répondre), n'hésitez pas à nous contacter. 
 
Nous tenons également à adresser toutes nos félicitations aux candidat-e-s élu-e-s au premier tour, et tout notre soutien car ils seront en première ligne dans la période qui s'enclenche.  
 
Comme vous le savez peut-être déjà, la cérémonie du Sablou le 04 avril est reportée, nous vous communiquerons ultérieurement la nouvelle date.
 
En ce qui concerne l'envoi de courrier, nous vous demandons de reporter vos envois et une relève de la boite sera faite.
 
Bien fraternellement ! 

En savoir plus...

Soirée électorale !

La Fédération assurera la Soirée électorale des Municipales à partir de 18h ce Dimanche 15 mars !

En savoir plus...

L'Edito de Mars

Retranscription de l'Edito du mois de Mars :

Le contexte de tension sociale dans laquelle se trouve la France depuis le mois de décembre 2019 concernant la réforme des Retraites ne faiblit pas. Suite à la volonté d’Edouard Philippe d’imposer par le biais du 49.3 le projet, c’est plus de la 67% de la population française qui est méprisée, insultée et bafouée. Nous devons continuer à nous mobiliser toutes et tous contre ce gouvernement qui muselle le peuple pour son bon plaisir et nous retrouver aux différentes actions entreprises par l’intersyndicale les prochaines semaines.

Dans ce contexte particulier, les échéances concernant les élections municipales approchent à grand pas. Le travail mené par nos Camarades au sein des différentes listes de rassemblements s’est concrétisé et accéléré durant ces dernières semaines afin d’amorcer le premier tour le mieux possible. Faire élire des communistes dans les conseils municipaux, c’est l’assurance du relais dans les institutions des luttes sur tous les terrains, l’assurance d’avoir un écho local et l’assurance d’être défendu par nos élus.

En parlant de voix Communiste, le samedi 04 avril la cérémonie annuelle de mémoire à Fanlac, sera l’occasion de commémorer un pan de l’histoire qui ne mérite pas une seconde d’être oublié. L’injustice et l’ignominie vécues par les prisonniers du Sablou au motif de leurs convictions politiques sont d’autant plus actuelles face au présent et au passé qui semblent se conjuguer. Soyons sur le qui-vive, soyons sur la brèche et restons mobilisés afin d’honorer la mémoire de nos Camarades, pionniers de la Résistance.

L'édito Mars de La Voix de Jacquou en ligne ici

 

 

 

En savoir plus...

Passeur de Mémoire : Samedi 04 Avril à Fanlac

Cher.es Camarades, 

L’ARAC et l’ARDIEP vous invitent au rassemblement devant la stèle, le samedi 04 avril à 11h au Sablou.

Avec le soutien et la participation de la Municipalité de Fanlac, l’ANACR, la FMD, l’ANCAC, l’UFAC, le PCF, la CGT, les personnalités et élu-e-s de la Dordogne, les familles et ami-e-s , les porte-drapeau toujours fidèles en hommage à tous ces hommes (et femmes dans certains camps) qui ont été arrêtés et internés en France, dont celui de Fanlac puis en Afrique du Nord, particulièrement en Algérie, par le gouvernement de Vichy, dès la fin 1939/1940 ainsi qu’en Allemagne dans les camps de concentration.

Nous comptons sur votre présence avec vos familles et vos amis. Par avance, un grand merci.

Infos Pratiques

 

Un car est mis à la disposition des participants à 9h30 à l'Espace Aragon - Périgueux.

Le tarif est de 5 par personne pour l'aller-retour

Le repas du midi se déroulera à la Salle des fêtes de Fossemagne au tarif de 25par personne.

 

Le coupon-réponse et le menu détaillé sont disponibles ci-dessous

En savoir plus...

Mobilisation le mardi 31 mars 2020

Les Unions Départementales CGT, FSU et Fo appellent à la mobilisation le Mardi 31 mars 2020 

10h - Palais de Justice, Périgueux

15h - Palais de Justice, Bergerac

15h - Place de la Grande Rigaudie, Sarlat

En savoir plus...