Recréer l’espoir dans un front populaire et citoyen : Estivales du PCF de la Dordogne 2016

Edito par Laurent Péréa secrétaire départemental, membre du Conseil National

Une question est bien là devant nous, celle de l’espérance, de l’espoir. C’est la reine des questions, la reine des batailles, parce que c’est le fait de pouvoir espérer, de se projeter qui nous permet d’être en situation de combativité, de riposte, de contre-propositions et de créativité.

Mais c’est une tension permanente tout au long de l’histoire entre celles et ceux qui ont toujours essayé de dire, face au camp des progressistes : n’y comptez pas, renoncez !

Et face à eux, ceux qui ont toujours dans la combativité, la conflictualité arrachés des conquêtes sociales et démocratiques.

Si nous faisions machine arrière, sur les 5 derniers mois ! Rappelez-vous, le climat politique et idéologique de la fin de l’année dernière. Nous étions dans ce jus, ce bain idéologique pourris, du débat sur la déchéance de nationalité. Il n’y avait pas grand-chose de bon, de positif à l’horizon.

Eh bien, 5 mois après, c’est la question sociale qui a fait son retour en grand. Dans ce pays, et avec ce peuple qui en 2005 avait déjà dit : « on ne supporte plus tout ça ». Et il y a d’ores et déjà des points d’appui pour espérer de se projeter qui sont très importants.

Mais de vous à nous, quand un gouvernement après avoir brandi le 49-3 à l’assemblée est dans une situation où il essaye toute honte bue, de dire à des manifestants, « vous allez rester statiques » ; mais quelle honte pour ceux qui se reconnaissent dans les belles valeurs de notre république, de notre démocratie, des batailles sociales ?

Face à cela, le mouvement social ne faiblit pas, et il va continuer à aller de l’avant. Et nous tenons à saluer les organisations syndicales, les organisations de jeunesse qui ont permis de reconstruire un espoir dans notre pays ;

Une autre chose importante à mesurer. Nous allons rentrer, nous sommes entrés même dans une bataille idéologique et politique de très haut niveau, puisqu’ils vont essayer avec ce qui vient de se passer avec le peuple Britannique qui a dit « Non »,comme le peuple Français avait dit « Non », comme le peuple Grec a dit à un moment donné « Non » ; ils essayent systématiquement dès le départ de tuer l’espérance dans un autre possible, dans d’autres politiques qui desserrent l’étau de l’austérité qui casse les vies, les territoires, qui casse y compris notre capacité à l’imaginaire.

Ils ont essayé et ils vont essayer de nous dire : « ne pensez à rien d’autre »… La bataille d’aujourd’hui et des prochaines semaines est une bataille d’avenir, de conception d’avenir, de quoi nos vies, nos territoires peuvent-ils bénéficier ? Nous avons droit à quoi, qu’est-ce que nous voulons ?

C’est cette bataille qu’a décidé d’engager le Parti Communiste Français.

Et ce, avec une grande consultation citoyenne. Et c’est une affaire très importante qu’il nous faut prendre très au sérieux.

Aujourd’hui, pour 2017, il y a un candidat déclaré par semaine. Là-dessus, il n’y a pas de difficulté, le casting se met en place… Mais il ne se met pas bien en place.

Il se met en place, justement pour empêcher l’intervention populaire. Pour nous, les citoyennes et citoyens ne doivent pas être spectateurs d’un casting, mais acteurs de 2017, pour dire avec cette consultation citoyenne, voilà ce que nous voulons prioritairement… Et, on ne lâchera rien !

Dans un second temps, concernant le PCF, nous allons nous déployer partout dans le territoire et en Dordogne, pour construire justement ce mandat populaire. Nous allons nos déployer certes à partir de toutes nos initiatives d’été, mais aussi en allant partout au contact des gens là où nous sommes.

Et ce, parce qu’il y a un piège démocratique énorme. Oui énorme, qui est de dire « Marine Le Pen est qualifiée, c’est foutu, elle y est ». Nous ne disons pas, et les militants progressistes ne doivent absolument pas entériner cette situation-là. L’on ne livre pas la République de notre pays au Front National en disant qu’ils ont sans coup férir une place au second tour de l’élection. Et pour le reste, l’alternative serait entre Sarkozy ou Juppé… Super, ça fait rêver !

Ou alors, le statu quo et l’enfoncement dans la crise avec celles et ceux qui ont renoncés et trahis depuis 2012.

Voilà le piège dans lequel ils veulent nous faire entrer. Sauf, qu’il y a des millions de femmes et d’hommes dans le pays qui se reconnaissent dans les valeurs sociales, démocratiques, dans le progrès humain… qui ne veulent pas de tout ça.

Ils voient la combativité, ils voient le mouvement social,  ils voient les rassemblements, ils voient les convergences ; mais ils ne voient pas aujourd’hui la traduction sur le plan politique pour accéder au pouvoir et véritablement changer la politique et changer les vies.

C’est à cela qu’il faut travailler.

Et c’est cette espérance là qu’il faut reconstruire dans les yeux, les cœurs et les âmes de celles et ceux que nous rencontrons.

Est-ce que c’est difficile ? Oui, parce que le sentiment de trahison, et pas que le sentiment car l’expérience de trahison par rapport à la gauche, est le vécu immense de ce gouvernement et du PS. Oui, ce n’est pas une politique de gauche.

Et nous, nous ne voulons pas lâcher sur l’idée de gauche, lâcher sur l’idée de progrès, d’émancipation.

Il faut donc oui, refonder l’idée de progrès social, démocratique, humain ; et le faire au nom des belles valeurs de gauche, des belles valeurs de la démocratie, de la République.

C’est un chantier important, mais nous ne partons pas de rien.

Il y a dans notre pays, notre département, une énergie, une disponibilité dans notre peuple, pour véritablement renverser la table et gagner…

Alors rendez-vous tout cet été, dans les initiatives festives et populaires de communistes de Dordogne.

 

Laurent PEREA

Secrétaire Départemental du PCF

Maire de Saint Capraise de Lalinde

 

Le calendrier des fêtes 2016

4 pages Estivales et édito de Laurent Péréa à Télécharger :

 

 

Revenir