La Voix de Jacquou, 37e Congrès

Edito par Laurent Péréa secrétaire départemental, membre du Conseil National

Cher-e- Camarade,

 

La discussion des communistes préparatoire à notre prochain congrès bat déjà son plein autour de la base commune adoptée à une très large majorité par le Conseil national.

Déjà, beaucoup de remarques, de contributions, d'enrichissements sont proposés qui devront être discutés et intégrés jusqu'au congrès. Parmi les points saillants du débat, qu'il convient d'approfondir :

 

  • il y a la volonté de préciser le sens du combat communiste, d'améliorer la lisibilité de notre projet, notamment sur les enjeux européens ;

 

  • le besoin de pousser le débat entre les différentes appréciations sur l'état de la gauche, sa crise, les rapports avec le PS ;

 

  • la demande aussi d'approfondir l'analyse de notre expérience du Front de gauche, les raisons de ses difficultés actuelles, comment envisager sa relance et celle de notre stratégie de rassemblement et de reconstruction de la gauche pour 2017 et au-delà ;

 

  • le besoin de dépasser le débat sur le mot « primaire » pour clarifier notre proposition pour 2017 à partir d'une exigence commune : rendre possible une alternative de gauche et une candidature commune par un processus politique clair sur les contenus et construit par l'implication citoyenne ; une forte demande, enfin, de concrétisation des axes de transformation du Parti énoncés et qui sont très largement partagés.

 

C'est en effet la partie du texte qui suscite le plus de questionnements, de positions différentes, voire tranchées.

 

D'ores et déjà, les échanges montrent que ce texte devra être enrichi et amélioré à partir de ces questions. Cela ne doit ni nous étonner, ni nous effrayer, car  chacun d'entre nous a en tête que nous sommes dans une situation paradoxale et difficile, où cohabitent sans cesse potentiels de rassemblement et dangereuses impasses politiques.

 

C'est ensemble, par des décisions démocratiques issues d'un libre débat, que nous trouverons les réponses les mieux adaptées. Cette procédure démocratique permet l'unité de notre parti à laquelle, comme secrétaire départemental, j’ai toujours veillé avec le plus grand soin.

 

Et c’est parce que je souhaite un débat clair et loyal, que je sens nécessaire de préciser ce que nous cherchons ensemble dans ce débat.

Nous entendons dire parfois que nous souhaiterions « une primaire de toute la gauche de Macron à Mélenchon », voire que nous serions déjà presque prêts à nous rallier, devant le danger de droite ou pour sauver quelques sièges de députés, à « mener la campagne derrière Hollande ».

 

Soyons sérieux, écartons ces caricatures, qui n'ont rien à voir avec nos objectifs, pour parler des problèmes que nous devons résoudre.

 

Par exemple, comment construire une primaire citoyenne qui s'adressent aux 1,4 millions de signataires, aux grévistes et manifestants contre la loi travail, aux millions de déçus de Hollande, à ceux qui refusent les dérives sécuritaires et liberticides des réformes constitutionnelle et du droit pénal. A ceux qui refusent l'austérité pour la France et pour l'Europe ? A ceux qui dans les « Nuits Debout » cherchent à reprendre la main.

 

Ces mêmes qui aujourd'hui se battent de front contre la politique de Hollande, garderont-ils la main  en vue des échéances de 2017, ou la lâcheront-ils quand il s'agira de passer aux urnes ?

 

C'est pourquoi tout doit démarrer à nos yeux par une discussion politique géante avec notre peuple.

 

Discussion qui se tourne vers celles et ceux qui se dressent contre la politique Hollande, en ouvrant avec eux le débat politique, en les invitant à prendre la main sur les échéances de 2017, nous sommes fidèles aux orientations qui nous ont conduit à créer le Front de gauche. C'est le mouvement populaire qui a en main les clés du changement. Beaucoup dépend des efforts et initiatives politiques que nous allons consentir. en faisant le pari de l'intelligence collective et populaire, dans une situation mouvante et incertaine, à partir du questionnaire que nous allons leur mettre entre les mains.

 

Les communistes devront se prononcer sur toutes les questions. Sur nos orientations à l'occasion du choix de la base commune début mai puis au congrès en juin. Sur la candidature et le choix du candidat ou de la candidate que nous soutiendrons ou présenterons le moment venu.

 

Aucune de ces décisions n’échappera aux communistes, à leur vote : c'est la garantie de l'efficacité et de l'unité de notre parti.

 

Pour nous, un tel processus suppose de donner la priorité à la construction d'un projet politique issu de débats citoyens et porteur des exigences populaires autour de cette question : « quelle France voulons-nous ? ». A son terme on pourrait imaginer une votation citoyenne pour valider la plateforme politique élaborée par le débat, et désigner le ou la candidate qui en serait porteur.

 

Nous proposons à tous ceux qui veulent avancer de se rencontrer très vite pour organiser une première vague de débats citoyens avant l'été. à partir des questions d'actualité qui mobilisent le pays : Quelle politique de gauche en matière d'emploi et de travail, d'augmentation des salaires, pensions et minima sociaux? Quelle politique bancaire, monétaire et fiscale contre l'évasion fiscale et pour que l'argent serve l'Humain d'abord? Quels pouvoirs citoyens pour démocratiser la République? Quelle alternative de gauche en Europe?

 

Ainsi, nous vérifierons ensemble si un tel processus répond à la demande du pays.

 

Oui, résolument nous sommes ouverts à tous les dialogues pour remettre de l’idéal dans un projet commun en rupture aux politiques actuelles.

 

la Voix de Jacquou 37e Congrès à télécharger

Revenir