EN PRISON POUR DES SARDINES ÇA VA MIEUX… MAIS POUR QUI ?

► Un SDF de 18 ans, originaire de Cahors a été condamné à deux mois de prison ferme pour un vol d'une boite de sardines, de pâtes et de riz. Il avait faim. Un fait divers emblématique d'une France qui va mal.

 

► François Hollande trouve que « ça va mieux ». On se demande dans quel monde il vit. Hé Oh la gauche ! Proclamait le Parti socialiste il y a quelques semaines, on a envie de lui renvoyer l'interpellation. Rassemblons nous pour, d'abord,  obtenir le retrait de la loi Travail et pour faire valoir une issue à l'austérité et au libéralisme.

 

EN PRISON POUR DES SARDINES

Un SDF de 18 ans, originaire de Cahors a été condamné à deux mois de prison ferme pour un vol d'une boite de sardines, de pâtes et de riz. Il avait faim. Le propriétaire de la résidence secondaire où ce vol s'est déroulé n'avait pas même porté plainte, aucun dégât n'ayant été constatés. C'est donc le Ministère public qui a poursuivi ce SDF, réclamant 5 mois d'emprisonnement. Hé Oh la gauche ! Proclamait le Parti socialiste il y a quelques semaines, on a envie de lui renvoyer l'interpellation.

Cette dureté de la justice n'est pas une exception. Pensons à la caissière de Carrefour licenciée pour ne pas avoir scanné un pack de bières. Pensons aux syndicalistes, d'Air France, de Goodyear… criminalisés. Dureté de la justice de classe pour le peuple. Pas pour les puissants. Par exemple, les fauteurs d'évasion fiscale des Panama Papers ne sont toujours pas inquiétés. Pour ne citer qu'eux.

CA VA MIEUX…. MAIS POUR QUI ?

François Hollande, en s'adressant aux Français, estimait dans une émission télévisée« ça va mieux ». Mais pour qui ? Le gouvernement poursuit sa politique qui mène 99 % du pays droit dans le mur : le peuple se serre la ceinture. Mais il n'y a pas d'austérité pour les patrons. Les dividendes continuent de pleuvoir et la politique des cadeaux  se poursuit. Avec la loi El-Khomri, le gouvernement franchit un cap. Il casse le code du travail et avec lui, les conditions de travail des salarié-e-s ainsi que des outils pour se défendre. Les Français et les Françaises ne voient plus bien ce qui distingue la politique du gouvernement socialiste de celle de Nicolas Sarkozy. Quand on est de gauche on ne sacrifie pas le monde du travail. Les sommes astronomiques, offertes sans contrepartie, aux actionnaires des grandes entreprises seraient plus utiles pour faire le choix de l'humain plutôt que de la finance. L'argent existe si on a le courage de s'y attaquer et de réduire les coûts du capital.

ET MAINTENANT L'USAGE DE LA FORCE

Rejetés par une majorité de nos concitoyens, ne cherchant plus que l'approbation du MEDEF en seul soutien, Hollande et Valls en appellent de plus en plus à la force contre la démocratie et l'écoute du peuple. Pour contourner le débat parlementaire, ils font passer la loi El-Khomri avec le 49-3. Mais ce n'est pas fini :cette loi dont 75 % ne veut pas, sera discutée au Sénat avant de repasser cet été à l'Assemblée nationale. Les parlementaires du Front de gauche mèneront la bataille. Et la contestation sociale, dans l'opinion, dans les entreprises, dans les rues et sur les places ne faiblit pas pour obtenir son retrait. Malgré les manipulations médiatiques et les violences policières.

 

ENSEMBLE

Avec tous ceux et celles qui cherchent, à gauche, une autre voie, rassemblons nous, d'abord, pour obtenir le retrait de la loi Travail et pour  faire valoir une issue à l'austérité et au libéralisme. Dans le mouvement social et citoyen comme dans les élections à venir, le peuple a l'occasion de dire ce qu'il veut et ce qu'il ne veut pas : les politiques libérales qu'elles soient menées par la droite ou l'actuel gouvernement socialiste.

 

tract à télécharger :

 

 

 

Revenir