APRES LA MATRAQUE LE 49-3 : RETRAIT DE LA LOI EL-KHOMRI

► La loi Travail, les Français et les Françaises n'en veulent pas. Ils le disent par pétition, dans les manifestations, sur les places, dans les sondages. Hollande, son gouvernement, le Parti socialiste ont dit qu'ils allaient nous expliquer ; cela n'a rien changé. Et maintenant, il n'y a pas une majorité de députés pour la voter.

 

► A défaut d'argument, le gouvernement a utilisé la matraque pour éteindre la contestation. Raté ! Et maintenant, il utilise l'article 49-3 pour passer en force, sans débat, la loi El-Khomri à l'Assemblée nationale. Comme le disent les parlementaires communistes, « nous lançons un appel à toutes les forces progressistes de gauche pour déposer une motion de censure contre le gouvernement ».

 

71 % C'est en pourcentage le nombre de citoyens qui trouveraient choquant un éventuel recours au 49-3 (sondage Odoxa)

Mettre en échec ce coup de force 

 

 

Manuel Valls vient d'annoncer le recours au 49-3  pour faire passer, sans vote, la loi Travail. C'est, pour la seconde fois, un coup de force d'une inacceptable brutalité. Face à une majorité dans la rue, dans  l'opinion publique et maintenant au Parlement, le gouvernement, isolé, fait le choix de se bunkeriser. J'appelle, dans l'unité la plus large à faire échouer ce déni de démocratie  en exigeant le retrait de la loi. J'appelle les parlementaires de gauche à constituer et à voter une motion de censure de gauche. Partout, faisons entendre notre colère contre ce recul majeur de nos droits sociaux. La loi Travail doit être retirée. 

Pierre Laurent, sénateur, secrétaire national du PCF

 

Renverser le gouvernement

 

Le gouvernement n’est pas en accord avec la volonté des Français et des Françaises qui l'ont mis en place en 2012. Il faut renverser le gouvernement en   pleine "dérive libérale". Nous utiliserons tous les leviers possibles

André Chassaigne président groupe des députés Front de gauche

 

Communiqué CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

 

Alors que les salarié-es, les jeunes, les privé-es emploi, les retraité-es sont mobilisés depuis plus de 2 mois pour le retrait du projet de loi travail et l’obtention de nouveaux droits, alors que l’opinion publique reste massivement opposée à ce texte, le gouvernement décide de passer en force en utilisant le 49.3. Inacceptable !

Ce sont les mobilisations qui ont contraint le gouvernement, à proposer des modifications au projet de loi pour tenter d’en minimiser les impacts. Le compte n’y est toujours pas !Un code du travail par entreprise à l’opposé de la “hiérarchie des normes”, élément protecteur et égalitaire, perdure dans le projet de loi. Scandaleux !Plusieurs secteurs professionnels continuent de développer des actions, des grèves (cheminots, routiers, énergie, chimie, construction, aéroport de Paris, etc.), qui sont autant d’éléments d’appui et de dynamiques dans la poursuite, l’amplification et l’élargissement du rapport de force.

Cette situation renforce la nécessité d’amplifier les mobilisations déjà engagées le 12 mai sur tout le territoire.A partir de tous ces éléments, les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires et les organisations de jeunesse, UNEF, UNL et FIDL invitent leurs structures à organiser des assemblées générales avec les salarié-es pour débattre des modalités d’actions, de la grève et de sa reconduction.

Elles appellent leurs organisations à construire deux nouvelles journées de grèves et manifestations le mardi 17 mai et le jeudi 19 mai prochains.De plus, elles n’écartent aucun type d’initiatives pour les semaines à venir, y compris une manifestation nationale.Afin de faire valoir leurs propositions elles décident de s’adresser ensemble au Président de la République pour être reçues rapidement. Une nouvelle réunion des organisations syndicales se tiendra dès le début de la semaine prochaine pour décider de nouvelles mobilisations.

 

Mettez la pressions sur vos députés ! Vous pouvez leur téléphoner gratuitement en suivant ce lien, interpellez-les sur la loi travail et le passage en force du gouvernement !

https://phone.nuitdebout.fr

 

tract à télécharger

 

 

 

 

Revenir