GRECE : Les chemins d'une autre Europe

  1. Depuis 5 ans, les politiques d'austérité menées en Grèce ont dramatiquement échoué: le chômage et la pauvreté ont atteint des seuils critiques, l'économie s'est arrêtée, la dette publique a explosé : elle représentait 120% du produit national avant la mise en place des plans d’austérité et équivaut aujourd’hui à 180% du PIB. Il est temps d’admettre que l’expérience a échoué.

 

 

  1. Un nombre croissant d'économistes partagent ce point de vue. En France, 3 personnes sur 4 considèrent qu'il existe d'autres solutions que l'austérité pour sortir de la crise.

 

 

  1. Avec le référendum, le peuple grec s'est lui aussi clairement exprimé pour un changement de politique et pour rester dans la zone euro. Cette victoire du Non rend possible une issue positive à la crise, qui écarterait à la fois les diktats de l’ancienne Troïka et un Grexit aux coûts exorbitants. C’est une chance pour la Grèce et pour toute l’Europe, à commencer par les pays de la zone euro.

 

 

  1. La solution à cette crise qui n'est pas grecque mais européenne, est à portée de main. La France doit s'engager sans faiblir pour la rendre possible, rejeter les stratégies visant à l'expulsion de la Grèce de la zone Euro, envisager la restructuration de la dette, pour un plan d'investissement et soutenir le gouvernement dans ses réformes pour une fiscalité plus juste et une lutte renforcée contre la corruption.

Extrait de l'intervention de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF devant le Sénat (8 juillet 2015)

"L'Europe, et non seulement la Grèce, est face à un choix qui concerne son avenir. C'est un enjeu démocratique qui nous concerne tous. Le débat n'est pas technique, car tous les ingrédients d'un accord viable sont sur la table. Comme l'a encore montré Alexis Tsipras ce matin au Parlement européen, le débat est politique.

 

Qui décide en Europe ?

 

Est-ce la finance qui gouverne, dicte sa loi ou les peuples ont-ils le droit de maîtriser démocratiquement l'utilisation du système monétaire et bancaire. Un peuple qui vote a-t-il voix au chapitre ou sommes-nous entrés dans la « forme d'inconnue » qui ressemble bien à une dictature de marché ? De la réponse à ces questions, dépend notre avenir commun (…).

 

Dix ans après le Non des Français au Traité constitutionnel européen, les inventeurs de la démocratie, le berceau de notre civilisation, « Le petit peuple qui combat sans épée ni balle » du poète Yannis Ritsos, nous lancent donc un appel salutaire à repenser l'avenir de l'Europe. Ils s'adressent aujourd'hui à la France des Lumières, de la Révolution, de la Liberté, de l'Egalité et de la Fraternité, à la France solidaire, frondeuse, indépendante, résistante et intelligente.

 

Le débat n'oppose pas pro et anti européens. Il oppose les dogmatiques de l'ordre libéral, des partisans de la destruction de l'Europe comme le FN et ses alliés, à ceux qui veulent comme Alexis Tsipras, comme nous, comme les syndicalistes allemands, retrouver le chemin d'une Europe solidaire.

 

L'Europe d'Alexis Tsipras, est celle du progrès social et écologique, de la solidarité et de la démocratie, de la coopération consentie et du respect des choix démocratiques, c'est la nôtre. C'est à ce peuple debout et à cette idée de l'Europe que la France doit s'allier dès maintenant et jusqu'au bout (…).

 

Il ne suffit plus de répéter que des propositions responsables doivent être mises sur la table par les Grecs. Elles le sont. La France doit maintenant user de tout son poids pour conclure un accord rapide sur ces bases.

 

Pour rejeter le Grexit, maintenir la Grèce dans la zone Euro, en s'opposant à toute stratégie visant à sa sortie, en usant si nécessaire de notre droit de veto.

 

Pour engager sans tarder les discussions sur la restructuration de la dette grecque, et plus généralement des Etats européens, jusqu'à proposer la tenue, pourquoi pas à Paris, d'une conférence européenne de la dette.

 

Pour soutenir le gouvernement Grec dans les nécessaires réformes pour une fiscalité plus juste et une lutte renforcée contre la corruption, en refusant de nouvelles mesures d'austérité visant de manière indiscriminée la population grecque déjà exsangue.

 

Pour appuyer un grand plan d'investissements européen destiné à financer le redressement de l'économie productive et la transition écologique.

 

La BCE en a les moyens. Depuis janvier, elle crée chaque mois 60 millions d'euros avec l'objectif d'aller jusqu'à 1 140 milliards au lieu de les injecter sur les marchés financiers, elle doit mobiliser son formidable pouvoir de création monétaire à travers un fond de développement économique, social et écologique européen, démocratiquement géré. La Grèce mais aussi tous les européens qui souffrent de l'austérité pourraient en bénéficier.

 

La solution est à portée de main. La France doit s'engager sans faiblir pour la rendre possible."

 

Chronologie de la crise

2000-2008 – Les origines

Les gouvernements de droite et du Pasok successifs truquent les comptes avec la complicité de Goldman Sachs pour faciliter l’entrée dans l’euro. Les jeux olympiques sont ruineux (sauf pour les affairistes du BTP,… ), le budget militaire surdimensionné (pour les plus grands profits des vendeurs d’armes français, anglais, etc.. ), et s'ouvre une politique d’endettement à guichet ouvert liée à la recherche de marchés plus rémunérateurs par les grandes banques occidentales, en particulier allemandes et françaises.

 

2008-2009 – La crise financière

 

Pour sauver les banques occidentales, les Etats engagent de vaste plan de sauvetage, avec un plan de soutien de la Banque Fédérale aux États-Unis (29 000 milliards de dollars) et par la Banque Centrale Européenne (5 000 milliards d’euros). En Grèce, de nombreux ménages se retrouvent brutalement dans l’incapacité de payer leurs échéances et les banques sont aux abois.

 

2009 – Intervention de la Troïka

 

L'objectif de la Troïka n'est pas de sauver la Grèce mais les banques (principalement française et allemandes) qui ont prêtées et spéculées sur la dette grecque. L’intervention de la Troïka prendra donc deux aspects :

La mise en place d'un plan d'austérité qui ne touchera pas ou peu les plus riches, tout en supportant des taux d’intérêts de plus en plus élevés des banques.

En contrepartie de cette austérité la Troïka va verser en deux temps en 2010 et 2012, pour 110 et 130 milliards d’euros. Mais cet argent pour l’essentiel n’ira jamais en Grèce, ni aux Grecs. Pour plus de 4 euros sur 5, il a servi à racheter les emprunts d’Etat détenus par des banques privées européennes.

 

Le bilan de 5 ans de régime Troïka

 

Le bilan de cette « intervention » pour la Grèce est catastrophique : loin de « soigner » la Grèce, ce traitement « libéral » aggrave la situation : en quelques années, le pays perd 25 % de son PIB (-42 % entre 2008 et 2015), voit son taux de chômage tripler pour atteindre 27 % (60 % chez les jeunes et 72 % chez les jeunes femmes), et en lieu et place d’une diminution de la dette publique, on voit celle-ci augmenter jusqu’à 320 milliards d’euros pour représenter 177 % du PIB en juin 2015. 

 

Et maintenant ?

 

Quelques jours après le référendum la volonté de la Troïka est toujours la même : « Soit vous signez le mémorandum, soit votre économie va s’effondrer. Comment ? Nous allons faire tomber vos banques. » (Propos du président de l'Eurogroupe à Varoufakis)

 

Tract à télécharger :

 

Revenir